Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12 mai 2010

rigueur

"rigor" en latin signifie raideur, désigne la sévérité et l'inflexibilité, voire la dureté extrême d'une obligation.

La "politique de rigueur" se fonde sur le refus de tout laxisme dans le respect des impératifs budgétaires et économiques. La rigueur implique donc la conformité aux règles que l'on s'est fixées. La politique de rigueur a mauvaise réputation car, en 1983, après l'échec du programme commun, elle consista à limiter la hausse des salaires et à dévaluer la monnaie pour juguler l'inflation.

Les tourments grecs, qui ont contaminé d'autres pays européens, ont été provoqués non pas par un excès, mais par un manque de rigueur. En décidant de violer les règles européennes pourtant très claires sur les plafonds de dettes et de déficits publics, beaucoup de pays de la zone euro ont joué avec le feu, qui se répand aujourd'hui. D'autant plus que certains bons élèves, comme l'Allemagne et les Pays-Bas, s'efforcent eux d'honorer les normes votées. Les mensonges des Grecs ont mené à la quasi faillite.

Une règle est une règle. On ne peut pas décider que l'arrêt au feu rouge est facultatif. Nous sommes arrivés à un tel pic d'endettement que certains pays doivent absolument stabiliser leurs dépenses. Les citoyens attendent de leurs élus, non pas des acrobaties lexicales, mais une saine gestion des deniers publics qu'ils leurs ont confiés. Ils attendent de la rigueur car la rigueur n'est ni un péché, ni une tare. Imaginons un professeur dire à ses élèves de ne pas être rigoureux, ou un chef qui dirait aux employés "la rigueur, on s'en fiche". La conduite d'un pays exige rigueur, minutie et exigence et non pas gabegie ou imprécision. Tout le reste n'est que sémantique.

Les commentaires sont fermés.