Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23 mai 2011

LES POLICIERS MUNICIPAUX EN QUÊTE DE RECONNAISSANCE !

SECURITE :
3èmè force de sécurité publique en France, les policiers municipaux ont plus que jamais soif de reconnaissance . La profession, endeuillée commémore le premier anniversaire de la mort d'une de leur collègue, Aurélie FOUQUET, fauchée à l'age de 26 ans par une rafale de Kalachnikov lors d'une fusillade avec des braqueurs endurcis.

Lors d'un hommage devant le cercueil de la policière, le Président de la République avait promis l'ouverture " d'une réflexion approfondie sur la place, le rôle et le statut de la police municipale de notre pays. Le drame avait ravivé la colère de ces agents placés sous l'autorité du maire et qui se sentent mal-aimés. Entre parenthèse, c'est le cas à Villeneuve puisque le maire leur a supprimé leurs primes allant de 240 à 400 euros, pour des raisons très discutables de mon point de vue.

Désormais les PM attendent des actes et des mesures concrètes à l'occasion de ces premières rencontres nationales qui se tiendront à Nice le 16 juin prochain, en présence du ministre de l'intérieur Claude GUEANT. " Cela fait vingt ans qu'ils attendent ce rendez-vous, car jusqu'à maintenant ils ont été considérés comme des laissés-pour-compte, or la police municipale est la plus vieille de France et la filière sécurité, en pleine expansion au sein de la fonction publique territoriale, embauche en permanence ". Le nombre de policiers a explosé, passant de 4 500 en 1984 à 20 000 hommes et femmes affectés dans 3 500 communes aujourd'hui.

80% des communes ont moins de 5 agents, 60% sont en zone police, 50% disposent d'un gilet pare-balles et 40% sont armés. Leur salaire est de 1 500 euros par mois après 20 ans de carrière, différentes primes s'y rajoutent. Les policiers municipaux sont souvent requis pour assister les policiers nationaux ou les gendarmes dans le cadre de leurs missions. Il faut que leur travail au service des concitoyens soit enfin mesuré. Ils n'ont pas le droit de mener des enquêtes, ni de procéder à des gardes à vue. Ils revendiquent le droit d'être armés et aussi bien protégés que leurs homologues employés par l'Etat. Une pierre lancée sur un uniforme fait aussi mal, quelque soit le statut. " Combien de maires et décideurs enverraient leurs fils dans les cités ? Si un nouveau drame coûte la vie à l'un de leurs collègues, alors qu'ils ne sont pas équipés, ils poursuivront le maire devant les tribunaux sans aucun état d'âme ".

A l'occasion des premières rencontres nationales de la police municipale, le volet social lui aussi très chaud, sera au centre des conversations. Car le salaire moyen de 1 500 euros et les pensions de retraite de 900 euros après vingt ans de bons et loyaux services sont en dessous du raisonnable et même indignes pour des agents qui vivent dans le danger.

Supprimer leurs primes est démotivant et contre-productif pour des agents qui se considèrent comme des agents mal-aimés et laissés-pou-compte par notre 1er Magistrat.

V U / Le FIGARO / M . G

23:11 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.