Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14 octobre 2011

LA FAILLITE DE L'ECOLE PUBLIQUE

Même les plus ardents défenseurs de l'école libre ne peuvent se réjouir. L'impressionnant succès rencontré par l'enseignement privé en France signe bien davantage la faillite en cours de notre système scolaire que l'expression revendiquée d'une liberté de choix.

En cette rentrée, jamais autant de parents ne se sont évadés du public pour aller frapper à la porte d'établissements qui garantissent discipline, soutient et, espèrent-ils, résultats à leurs enfants. La demande est telle que quelque 40 000 élèves, de la maternelle à la terminale, n'ont pas trouvé de places.

On ne saurait trop louer l'esprit d'ouverture des institutions catholiques, qui représente 95 % du privé. Mais quelle autre conclusion en tirer quand elles sont fréquentées, comme un collège des quartiers nord de Marseille, par une majorité de musulmans ?

L'école publique, creuset de l'intégration à la française , fierté nationale depuis Jules Ferry, longtemps cité en exemple dans le monde, est en perdition. Et aucun gouvernement, depuis quarante ans, n'a osé prendre le " mammouth " par les cornes.

Ce n'est pas de moyen qu'elle manque. Son budget reste toujours le premier poste de dépense publiques. Et le nombre de jeunes par classe n'est pas plus élevé que la moyenne européenne, ou que par le passé. Faut-il le rabâcher , le pédagogisme, qui a consisté à mettre l'élève plutôt que le maître au centre de la classe, à multiplier les enseignements optionnels avant même que les savoirs fondamentaux soient acquis, a fait des ravages. Le constat est connu.

Les syndicats ne sont évidemment pas d'accord, qui ont pris en otage l'éducation nationale. Mais peuvent-ils accepter que, d'année en année, l'école publique creuse sa tombe ? Est-ce la privatisation de l'enseignement qu'ils souhaitent ? L'énoncé de ce seul mot devrait les inciter à ouvrir les yeux.


V U / Le FIGARO

Les commentaires sont fermés.