Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29 juillet 2012

TRISTE DECISION OU EFFET D'ANNONCE ?

Alors que nous parlions des vins de la féria qui nous étaient proposés lors du lunch servi en fin de séance du Conseil communautaire au stade de la Méditerranée pour marquer la trêve estivale, j'entend une fois les élus communautaires de Villeneuve partis, que le maire a décidé de ne plus acheter de vin de la cave de Villeneuve. Trouvant cette décision pour le moins extrême et étonnante, je me rapproche de la conversation afin de prendre de plus amples renseignements concernant cette décision contestable.

Le maire de Villeneuve-lès-Béziers ne voudrait plus acheter de vin au caveau, car aurait-dit le nom de la commune n'est pas mentionné sur le logo des bouteilles vendues dans les trois caves de Portiragnes-Cers-Villeneuve. En effet seules les communes de Cers et Portiragnes y apparaissent. Mais quand il y a déjà plusieurs années la fusion fut crée, la cave coopérative de Villeneuve n'y adhérait pas, elle était totalement absente de cette aventure.

L'adhésion de la cave de Villeneuve n'est effective que depuis trois, donc Villeneuve ne peut apparaître sur le logo initial et pour le remplacer, puisque pour rajouter Villeneuve ce n'est pas possible, cela représenterait une dépense conséquente. Il est prévu, m'a-t-on dit, plusieurs coopérateurs et la personne qui gère le caveau de Villeneuve, de trouver une nouvelle appellation où ne seraient pas mentionnés les noms des communes.

Le maire tenant à imposer le nom de notre commune aurait, paraît-il, décidé de ne plus acheter ces vins que Midi-Libre a récemment fait la promotion dans une parution récente et aurait maugrée que dorénavant il achèterait le vin à Sérignan ! Les coopérateurs n'apprécient que très peu cette décision qui d'après le maire est sensée imposer à tout prix que sur les bouteilles apparaisse le nom de notre commune. La plupart d'entre eux estiment que cette méthode est loin d'être la meilleure, pénalisant l'écoulement des stocks qui comme on a pu le lire sur un article de presse sont encore de près de 50% ! Dans cette affaire il convient de raison garder et de ne pas faire des effets d'annonce qui iraient à l'encontre des coopérateurs des trois caves.


V. U. / Michel G A R C I A

01:06 Publié dans Curiosité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

25 juillet 2012

CONVOCATION DU CONSEIL MUNICIPAL DU JUILLET 2012

La séance publique du Conseil municipal aura lieu à l'Hôtel Consulaire le 31 juillet 2012 à 19h30.


ORDRE DU JOUR :

- 0) Décisions municipales

- 1) Présentation du rapport d'activité 2011 de la C.A.B.M.

- 2) Avenant Mission Archives 34,

- 3) Modification du tableau des effectifs-créations de postes à l'ALSH,

- 4) Fin de détachement sur un emploi fonctionnel,

- 5) Subventions exceptionnelles aux associations :

*** Eglise Saint Etienne,
*** Les Canotiers,
*** La Boule du Parc

- 6) Taux des taxes communales 2013,

- 7) Avis sur le projet de Plan de Prévention des Risques Technologiques ( P.P.R.T. ),

- 8) Modalités d'attribution " Les Jardins du Soleil ",

- 9) Dissolution du Syndicat " Béziers-Villeneuve-lès-Béziers ",

- 10) Dénomination de voie Z.A.C. " la Méridienne ",

- 11) Frais de scolarité des enfants des communes extérieures,

- 12) Prise en charge des frais de scolarité ( classe d'intégration scolaire ),

- 13) Participation de la commune aux frais de transports scolaires,

- 14) Extraction du gaz de schiste ( position du Conseil municipal ),

- 15) Programme Local d'Habitat ( P.L.H. ) Phase II-(Avis du Conseil municipal ),

- 16) Travaux Frédéric Mistral - demande d'aide financière,

- 17) Question diverses.


Les séances du Conseil municipal sont ouvertes au public dans la limite des places disponibles mises à disposition ( une quinzaine ).



V. U. / Secrétariat de la Mairie

23 juillet 2012

VRAIMENT DOMMAGE POUR LE FESTIVAL LATINO!

On aurait dut avoir un superbe festival Latino, tous les éléments semblaient réunis mais s'était sans compter sur cette maudite tramontane qui est allée crescendo du début à la fin de ces festivités.

Vendredi soir, peu de monde au moment des repas servis sur les terrasses des bars-restaurants, ceci étant dut à la violence du vent et à la fraîcheur ambiante. Avant l'installation du premier groupe de la soirée, une prof de danse afro-américaine donnait des leçons pratiques pour que les danseurs intéressés, débutants ou modestes pratiquants améliorent leurs pas de danse !

Le choix des groupes pour ces trois soirées fut judicieux mêlant de la salsa rythmique et salsa plus conventionnelle et originelle d'un groupe à l'autre. Cette musique afro-américaine importée et originaire de Cuba eut pour effet de réchauffer l'ambiance jusque là assez fraîche, la piste de danse vit onduler les couples ravis par cette musique entraînante à souhait.

Le vent du nord finira par disperser les plus téméraires qui malgré tout se motivèrent jusqu'au terme de la soirée espérant que le lendemain serait plus " caliente " que la première. Il est à noter que nulle embrouille vint à ternir l'image de cette festivité où l'on ne vient pas comme dans d'autres pour y boire jusqu'à l'extrême perturbant ainsi l'image de la Cité.



V. U. / Michel G A R C I A

22:49 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |

17 juillet 2012

FESTIVITES DU 14 JUILLET

Voir le maire distribuer les lampions aux enfants et parents sur la place Gabriel Péri, avait quelque chose de pathétique que je trouve contestable et discutable. En effet que penser du maire et de son adjoint aux travaux s'affairant à la distribution des lampions, si ce n'est qu'un sombre calcul électoraliste à moins de 18 mois de l'échéance électorale de leur mandat municipal! Notre édile entame en effet sa campagne électorale et ça se voit ! " Toca-manetas", sourire Gibs et reconquête de son électorat échaudé par son comportement !

Mais revenons au sujet qui nous intéresse : tout d'abord, les illuminations prévues de la Tour du Château ont semble-t-il fait long feu, laissant les visiteurs venus en nombre assister à cet évènement sur leur faim ! Puis en suivant le trajet habituel, arrêt du cortège devant l'Eglise et nouvel embrasement de celle-ci et tout cela sans incidents, oufff !!! Seraient-on tenté de dire.

Le cortège arrive sur la place Michel Solans où doivent être tiré les feux d'artifice, après l'extinction des éclairages publics, devant un public conséquent venu assister à l'évènement pyrotechnique. Le toit de l'Hôtel de Ville se transforma en rampe de lancement de centaines de fusées multicolores les unes plus bruyantes que les autres pour le plus grand plaisir des spectateurs occupant totalement la place et les terrasses des bars restaurants. Des feux d'artifice d'une intense beauté, irréprochables de surcroît, sont à mettre à l'effectif du maître artificier de service chaudement applaudi dès la fin du spectacle. Retour de l'éclairage et reprise de la partie musicale.

Que dire de la partie musicale, sinon quelle sembla décevoir un grand nombre de festaïres venus surtout pour la partie pyrotechnique et croyant assister au bal populaire traditionnel de la fête nationale du genre bal à papa et qui eurent, en lieu et place, un baleti occitan du genre folklorique plus que bal musette avec tango, passo doble et rumba. Les musiciens n'eurent pas même l'idée de jouer la Marseillaise ! Etait-ce un oubli ou était-ce fait intentionnellement sachant que les festivités démarrèrent par un déjeuné Républicain et la décoration d'un ancien combattant !

Applaudissements nourris pour la partie pyrotechnique et bronca pour la partie divertissement, c'est ce qui émanait quasi-unanimement des festaïres quittant les lieux prématurément et des discussions du lendemain. Le comité des fêtes reverra sa copie, je l'espère, pour l'édition 2013 !



V. U. / Michel G A R C I A

14 juillet 2012

MAUVAISE BONNE IDEE !!!

Chaque année dès le début de la saison estivale la mairie n'a plus qu'une obsession : les festivités, au point qu'ils en sont obnubilés et en oublient l'essentiel ! La population estivale étant supérieure, le problème des places de stationnements resurgit inévitablement à la même période, avant et depuis qu'on a été élu, sans que pour autant on rectifie les mauvais choix fait d'année en année.

Le parking du Bd Pasteur, qui va du rond-point de la Marianne à l'intersection des rues Vernhes et de la Marianne, est condamné systématiquement de 9 heures à 1 heure du matin. Ceci afin de permettre aux orchestres de s'y garer pour débarquer matériel et personnel et de le rembarquer à la fin de leur prestation.

Les commerces à proximité se voient ainsi privés de clientèle potentielle du fait du manque de places de stationnement proche de ceux-ci dès 9 heures du matin. Cela occasionne un véritable manque à gagner durant toute les journées de festivité dont les commerçants ne profitent aucunement des vacanciers de passage.

Les véhicules transportant le matériel des orchestres pourraient très bien s'installer dans la rue de la Marianne, le temps d'installer la scène et aller se garer aux anciennes écoles, idem pour remballer. L'été dernier, un musicien à qui la fourrière avait enlevé sa voiture mal garée, avait obtenu de la municipalité le remboursement des frais occasionnés au prétexte qu'il était arrivé en retard et s'était garé comme bon lui semblait.

Cette solution serait applicable afin de permettre un stationnement continu incitant les vacanciers à faire des emplettes chez nos commerçants ravis de l'affluence touristique estivale qui va du 14 juillet au 15 août !

La décision prise chaque année par la municipalité dès la saison estivale est contraire à l'intérêt général et non pas qu'à l'intérêt des commerçants, elle est à la hauteur du " Sahelanthropus Tchadensis " !


V. U. / Michel G A R C I A