Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07 janvier 2015

ON GLANDE DUR DANS LES COLLECTIVITES LOCALES

On glande dur dans les collectivités locales (on parle des agents présents à leur poste !)



Pour en finir une fois pour toute avec les folles rumeurs !Outre le fait que les 35 heures dans le public coûtent 7 milliards d’euros par an aux contribuables et alors que la gauche n’a que le mot « austérité » à la bouche, Capital de janvier attire notre attention sur le temps de travail des agents des collectivités locales, en réalité bien souvent inférieur à 35 heures par semaine :

« Selon la Cour des comptes, les frais de personnel ont explosé (+ 85% entre 2000 et 2012) y compris dans les communes (+ 46%), alors qu’il n’y a eu aucun transfert de compétences. « L’augmentation du temps de travail pourrait permettre de maintenir la qualité des services sans alourdir les dépenses », reconnaît le maire de Sceaux, Philippe Laurent, de l’Association des maires de France (AMF).

D’autant que de nombreux agents locaux ne font même pas 35 heures (1 607 heures par an). La Cour des comptes assure que la pratique est « répandue » du fait des nombreuses dérogations au droit commun concernant les congés. Au conseil général du Tarn, par exemple, les agents ne pointent que 1 523 heures par an, soit deux semaines et demie de moins que la norme. Et c’est encore pire dans l’Aude, où le temps de travail ne dépassait pas jusqu’à présent 1 513 heures. Les agents de la ville de Toulouse disposent quant à eux de 7 à 10 jours de congés de plus que le nombre légal. Cela représente une perte de 272 équivalents temps plein, et un surcoût annuel de 8,6 millions d’euros. Impossible de savoir avec précision combien de collectivités se laissent aller à ces dérives, qui font gonfler mécaniquement les effectifs. Mais on peut quand même se faire une idée de la facture. En prenant l’hypothèse que la moitié de nos structures locales font travailler leurs agents 1 560 heures par an, la Cour estime le surcoût annuel pour le contribuable à environ 800 millions d’euros!

Encore ces chiffres ne tiennent-ils pas compte du taux d’absentéisme, en forte hausse. Selon l’Institut Montaigne, les agents des collectivités locales déposent en moyenne 21,7 jours de congés maladie par an, contre 15,6 dans le privé – le chiffre atteint même 23,6 jours pour les seuls titulaires. La palme revient sans conteste aux régions : les absences pour raison de santé y atteignent 29,9 jours, soit l’équivalent de… 6 semaines par an, deux fois plus qu’en 2005 ! Dans un rapport de 2013, la Cour régionale des comptes d’Ile-de-France a même recensé plus de 45 jours d’absence en moyenne pour le personnel technique dans certains lycées de la région, « soit près du quart du temps effectif des agents ». Au total, elle évalue le coût à plus de 40 millions par an. »


Nouvelles de France


CE GENRE D'INFORMATION, LARGEMENT PUBLIE DANS LA PRESSE, DONNE UNE IMAGE DESASTREUSE ET REDUCTRICE DE LA QUALITE DE NOS SERVICES PUBLICS.

LA COUR DES COMPTES OUBLIE QUE LES COLLECTIVITES LOCALES S'ADMINISTRENT LIBREMENT, ET QUE, SI LA DUREE LEGALE DU TRAVAIL ET CELLE DES CONGES ONT ETE CONSACREES DANS LES TEXTES, LES COLLECTIVITES LOCALES APPLIQUENT A LEURS AGENTS LES HORAIRES QU'ELLES CHOISISSENT.

LA SEULE PRISE EN COMPTE DES CHIFFRES NE PEUT PERMETTRE A QUICONQUE DE PRETENDRE : " ON GLANDE DUR DANS LES COLLECTIVITES LOCALES ".

JE SUIS ELU DEPUIS MARS 2008, ET A CE TITRE, JE RENCONTRE REGULIEREMENT LES AGENTS DE LA COMMUNE DANS LEUR TRAVAIL. JE PEUX AFFIRMER QU'AUCUN NE GLANDE.

PAR EXEMPLE LORS DES INTEMPERIES, ALORS QUE LES CRITIQUEURS ETAIENT BIEN AU CHAUD DANS LEUR LIT, NOS EMPLOYES MUNICIPAUX ( TOUS SERVICES CONFONDUS ) ETAIENT A LEURS POSTES AU MILIEU DE LA NUIT POUR METTRE EN SECURITE LES PERSONNES ET LES BIENS : JE N'APPELLE PAS CELA GLANDER !


Michel G A R C I A - B E R A I L



Commentaires

Ces messieurs les fonctionnaires d'Etat que sont les magistrats de la cour des comptes se penchent sur les pratiques managériales des collectivités locales ...qui, comme l'a souligné Michel GARCIA, s'administrent LIBREMENT!

Ce n'est pas parce que telle ou telle commune, tel ou tel conseil général, tel ou tel conseil régional ... décident d'accorder des avantages sociaux à leurs employés que ces employés ne rendraient pas la mission de service public qui est la leur.
Pour avoir travaillé dans le privé et dans le public, je peux affirmer haut et fort qu'il n'y a de "glandeurs" que parce qu'il y a de mauvais gestionnaires, qu'ils soient maires ou chefs d'entreprise.

On en vient maintenant à qualifier le travail des agents publics non pas à la lueur de satisfaction des administrés mais à celle de quantitatifs soit disant objectifs; par exemple, au service état civil des mairies, on en viendra à estimer que le service public est mal rendu et que les employés du service ont mal fait leur travail si une année on comptabilise moins de morts que l'année précédente !!! Si, si, c'est vrai!
Le journaliste de Nouvelles de France, qui a certainement fait des études longues pour en arriver à un tel degré de crétinerie, doit savoir de quoi il parle ... en matière de glandouille!

En tout cas, merci Michel GARCIA d'avoir publié et commenté en majuscules ce tissu d'inepties, de lieux communs, qui n'a d'autre but que de monter les Français contre leurs fonctionnaires et à justifier qu'on en abaisse le nombre sur des critères fantaisistes et irréalistes.

Supprimez des fonctionnaires :
- vous supprimerez des policiers chargés de vous permettre de vivre en sécurité,
- vous supprimerez des instituteurs et professeurs chargés d'instruire vos enfants pour qu'ils ne soient pas, leur majorité venue, des brebis qui disent amen à tout et à tous
- vous supprimerez des médecins, infirmiers, aides soignants dans les hôpitaux publics qui sont en charge de vous maintenir en bonne santé
- etc

continuez, vous qui n'avez pas pu être fonctionnaires et qui râlez dans votre coin...

Écrit par : Un glandeur ... | 07 janvier 2015

Les commentaires sont fermés.