Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18 juillet 2016

ETAT D'URGENCE, OUI MAIS SOUS CERTAINES CONDITIONS!





La France a été frappée, à Nice, pour la septième fois depuis janvier 2015, par le terrorisme islamiste. Jamais depuis cinq décennies, notre pays n'a connu des attentats de cette ampleur.

Avec son cortège d’atrocités et de familles brisées, nous sommes dans une guerre totale qui va durer avec une menace qui se renforce sans cesse. Toutes les conséquences des précédents attentats n'ont pas été tirées. C'est un changement profond de politique que les Républicains appellent de leurs vœux.

Dans ce contexte, les Républicains n’accepteront de voter la reconduction de l’état d’urgence qu’à la condition qu’il protège efficacement nos concitoyens. Dans cet esprit, ils formulent dix propositions :

1. Les perquisitions administratives doivent à nouveau être autorisées avec la possibilité de saisie des dispositifs informatiques. La rétention des personnes concernées doit être imposée jusqu’à la fin de la procédure ;

2. Les préfets doivent pouvoir interdire toute manifestation publique dont ils considéreraient ne pas disposer des moyens nécessaires afin d’en assurer la sécurité ;

3. Les préfets doivent pouvoir autoriser des contrôles d’identité, les visites de véhicules et les fouilles des bagages. Ces opérations doivent pouvoir être réalisées par les douaniers, les policiers nationaux, les gendarmes et les policiers municipaux sur leur territoire de compétence ;

4. Les préfets, dans le cadre élargi du décret-loi de 1938, doivent pouvoir fermer tout lieu de culte radicalisé, en urgence absolue ;

5. Les Républicains renouvellent leur demande de la création d’un délit de séjour pour toute personne se trouvant sur un théâtre d’opérations terroristes extérieures ;

6. Tout étranger ayant des connexions, directes ou indirectes, avec un groupe terroriste doit être expulsé en urgence absolue.

7. Tout ressortissant français dans la même situation doit être placé dans un centre fermé ou assigné à résidence avec un bracelet électronique pour une durée qui devra être portée à trois mois. Cette disposition fera l’objet d’un contrôle juridictionnel a posteriori ;

8. Les Républicains demandent l’engagement du Gouvernement pour la création d’un nombre de centres de déradicalisation à la hauteur des besoins ;

9. Les détenus condamnés pour actes de terrorisme ne doivent pas pouvoir bénéficier d’aménagements ou de réductions de peines automatiques ;

10. L’état d’urgence doit être prolongé au minimum de six mois, voire au-delà pour prendre en compte les échéances de l’année 2017.

La coordination des services de renseignements doit être renforcée par la création d’une base de données unique, comme le propose le rapport de la commission d’enquête présidée par Georges Fenech.

Enfin, nous attendons du gouvernement qu’il dise toute la vérité sur l’enchaînement des événements qui ont conduit au drame de Nice. Les victimes et leurs proches l’exigent. Tous les Français ont le droit de savoir. Nous demandons la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire. Rien ne doit rester dans l’ombre.

Nous refusons la fatalité. Cette guerre, la France peut et doit la gagner.


les Républicains


Commentaires

pourquoi avoir detruit le renseignement dans notre pays,pourquoi avoir supprimé autant de policiers,pour aujourd hui vouloir donner des leçons
nous avons connu une situation pire dans les annees 1960 avec l oas et auparavent a Alger avec le FLN,les paras ont rétabli la situation alors servons nous en

Écrit par : BENOIT | 19 juillet 2016

Les Renseignements Généraux ( RG ) ont eu pour principal objectif de renseigner le Gouvernement sur les formations politiques pouvant porter atteinte à la sûreté de l'Etat. En l'occurrence le Parti Communiste Français ( PCF ) et l'Extrême Gauche anarchiste des années 60 qui prônaient la Révolution d'octobre de l'URRSS.
Les RG étaient une Police Politique au service de l'Etat.
Sa suppression étant justifiée par la transparence des Partis politiques actuels.

Les îlotiers et non pas les policiers, qui devaient scruter durant la journée les comportements des jeunes désoeuvrés dans les cités n'apportaient pas les résultats escomptés. Les îlotiers partis, les problèmes liés à la petite délinquance réapparaissaient la nuit venue, d'où la suppression de ces postes de police municipale!

Écrit par : Michel GARCIA-BERAIL | 19 juillet 2016

Vous avez dit " la transparence des partis politiques actuels" !

On croit rêver !!!

Quoique dans le sens où ils sont inconsistants , légers, diaphanes et ternes on peut effectivement employer le terme, y compris pour le votre, ne vous en déplaise.

Écrit par : combes | 19 juillet 2016

c’était a la sortie de la guerre mais plus après et en guise de transparence des partis politiques on est fixé de la droite a la gauche on ne compte plus même au plus haut niveau les mis en examen donc au nom de la politique qu'elle soit de droite comme de gauche elle na pas de leçons a donner nos politiques de tout bord a quelques exceptions prés ne sont préoccupés que par leur réélection et leur place au sein de leur parti que du bien de leur pays beaucoup se mettent sous le couvert de général DE GAULLE aucun ne lui arrive a la cheville

Écrit par : benoit | 20 juillet 2016

Mais Yves, être mis en examen ne veut pas dire qu"on est inculpé de quelques délits que ce soit!
Plusieurs élus de tous bords ont été condamnés pour des délits diverses et variés, d'autres par contre ne l'ont jamais été!
Pourtant, il faut le reconnaître, tous les moyens possibles et inimaginables ont été déployés et mis en place pour confondre, sans jamais y arriver, le président des Républicains!: Cela ressemble à un acharnement, pourtant des affaires d'Etat étaient courantes du temps de François Miterrand sans que les Médias s'en intéressent pour autant! Y aurait-il deux poids-deux mesures dans ce cercle-là?

Écrit par : Michel GARCIA-BERAIL | 20 juillet 2016

je suis d accord avec toi Michel c est pour cela qu'en cette période de guerre civile lancée contre les français par ces fous il est temps de prendre des mesures de guerre contre eux et il y en a toute une serie facile a appliquer , il est temps d arrêter de regarder derrière et de dire c est la faute a l autre mettons en place les décisions qui s imposent et qui soient radicales mais quel politique aura ce courage

Écrit par : benoit | 21 juillet 2016

Les commentaires sont fermés.