Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04 août 2017

LES COMPTEURS LINKY REJETTES PAR LE MAIRE DE BAYONNE!


Le maire UDI de Bayonne, Jean-René Etchegaray, a demandé par courrier à Enedis (ex-ERDF), qui déploie les compteurs électriques connectés Linky, "de ne pas changer les compteurs chez les personnes qui refusent cette installation", a indiqué mercredi la mairie.

A l'issue du conseil municipal du 19 juillet, "l'ensemble des sensibilités politiques s'est retrouvé pour dire qu'il n'est pas admissible de forcer les usagers qui y sont opposés à accepter la pose de nouveaux compteurs. Un agrément certain doit être exprimé", écrit au directeur territorial d'Enedis le maire de la commune, qui compte quelque 48.000 habitants.

"Je souhaite (...) que vous validiez le principe de ne pas changer le compteur chez les personnes qui refusent cette installation en ayant dit de façon claire, par courrier ou de vive voix, leur opposition à votre intervention", ajoute-t-il dans ce courrier en date du 21 juillet.

Ces nouveaux compteurs dits "intelligents" permettent de relever à distance et en direct la consommation d'électricité d'un abonné. Ils sont installés par Enedis, filiale d'EDF chargée du réseau électrique basse et moyenne tension.

Les compteurs numériques connectés Linky, dont cinq millions d'exemplaires ont déjà été installés depuis décembre 2015, sont contestés dans environ 400 villes et communes. Ceux qui s'opposent à son installation redoutent des risques sanitaires, un surcoût, une intrusion dans leur vie privée ou encore l'utilisation de données personnelles.

Selon l'Agence nationale des fréquences (ANFR), la probabilité que les compteurs "intelligents" comme Linky puissent avoir des effets nocifs pour la santé est "très faible". L'ANFR précise cependant qu'"il n'existe pratiquement aucune littérature scientifique traitant des effets sanitaires spécifiques de l'exposition aux compteurs communicants".


Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.