Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26 avril 2011

Reculade et désinformation !

La 7ème question inscrite à l'ordre du jour du Conseil municipal du 21 avril fut retirée en début de séance sans qu'aucune explication ne soit donnée, ce qui n'est pas courant dans une assemblée délibérante. La 10ème fut également retirée sans plus d'information

Pour la 7ème, Galonnier décidait de ne plus payer les trois jours de carence avant la prise en charge par la Sécurité Sociale des agents municipaux non titulaires durant les congés maladie, ce que je considérais comme une forme de discrimination étant donné que les agents titulaires eux, se trouvaient privilégiés vis à vis de leurs collègues. L'ayant relaté dans un texte récent sur ce blog, sachant qu'une partie de ses amis ne le suivrait peut-être pas dans cette voie et risquant de se retrouver mis en minorité sur cette question, il décida donc de faire marche arrière en la supprimant de l'ordre du jour.

La 10ème, devait valider le passage de la durée hebdomadaire de 30 à 35 heures pour une agent qui ne le souhaitait pas, étant physiquement diminuée et se trouvant dans l'incapacité d'en faire plus. Curieusement personne ne l'avait signalé au service concerné, d'où ce retrait tardif de cette question de l'ordre du jour de ce Conseil municipal. Cela fait désordre et semble manquer de concertation entre élus et agents responsables des services, la communication serait défaillante à ce niveau parait-t-il.

La 6ème question instaurant la TLPE à Villeneuve fut menée avec beaucoup d'explications approximatives frisant la désinformation organisée afin de faire adhérer les indécis qui au final verseraient dans son entêtement de faire payer les artisans et commerçants Villeneuvois. Galonnier alla jusqu'à dire que si nous ne l'appliquions pas, l'Agglo en 2014 s'octroierait la compétence concernant la dite taxe, ce qui est nullement envisagé et qui j'en suis sûr n'aurait pas l'adhésion nécessaire auprès des communes de la CABEM. Car comment peut-on imaginer que les maires approuveraient majoritairement une telle décision d'où qu'elle vienne ou de qui elle émane ?

Une chose est sure, les commerçants et artisans n'oublierons pas que Galonnier et son équipe auront voté une taxe qui fera rentrer environ 50 000€ de recettes alors que les dépenses de fonctionnement ont augmenté considérablement depuis 2008. Cette taxe leur restera longtemps en travers de la gorge, d'autant plus que Galonnier et Martinez furent un temps dirigeants de l'association de défense des commerçants,artisans et profession libérale !

V U / M . G

05 mars 2011

Infidèlité à ses engagements

Lors de sa campagne des municipales de 2008 M. GALONNIER tenait des propos qui trois ans après, se sont avérés être aux antipodes de ses déclarations pré-électorales. Il n'est plus fidèle aux promesses faites quand à ses déclarations d'ordre financier, parlant sans cesse d'économies substantielles à réaliser dés notre élection. Car voyez-vous d'après le Maire, SOLANS dépensait sans compter et ce depuis son élection en 1993, lui, disait qu'il deviendrait le chantre de l'économie locale taillant dans les dépenses inconsidérées.

Son manque de fidélité évident a été constaté lors du dernier Conseil municipal à la question N°10 de l'ordre du jour qui traitait du financement de l'étude de faisabilité du projet de réalisation d'un complexe aquatique, sportif et culturel aux anciens Ets PERNOD. Cette étude se chiffre à 114 000€ , je me suis opposé catégoriquement considérant que toutes ses études sont un gouffre financier perpétuel, des millions d'euros ont été ainsi dilapidés durant des année sur le dos des contribuables qui voient peu à peu leur cadre de vie se délabrer.

Il a trompé les Villeneuvois en disant qu'il gérerait la commune en BON PERE DE FAMILLE, alors qu'il embauche sans appel à candidature plusieurs de ses proches et familiers, enfants, amis, et colistiers. Il ne respecte pas ses engagements quand aux économies qu'il comptait réaliser sur les charges de fonctionnement trop élevées du temps de l'ancienne municipalité, qu'il a depuis augmenté de près de 50% faisant fi de ses promesses électorales.

Sérignan compte 6 700 habitants, le nombre d'employés municipaux est de 110 agents administratifs et techniques confondus. A Villeneuve nous en avons 145 pour une population de 3 900 habitants, cherchez l'erreur ! C'est une anomalie flagrante ! Le Maire de Sérignan s'est fait voté une réserve de 4 000€ pour ses frais de représentation, M. GALONNIER a estimé qu'il lui fallait 5 000€ pour ses visites à PARIS lors des Congrès des Maires accompagné de ses adjoints et amies, et pour ses invitations officielles liées aux intérêts de la commune . Les Sérignanais s'offusquent de cet état de fait estimant qu'il est anormal que leur Maire dispose d'une telle réserve alors qu'il perçoit des indemnités de la commune et de la CABM. A Villeneuve, personne ne semble s'émouvoir de la décision du Maire, qui perçoit pratiquement les mêmes émoluments.

Les masques tombent inévitablement au bout d'un certain temps, celui de la démystification est arrivé bien plus tôt que prévu, à trois ans encore de l'échéance !

V U / M. G.

30 décembre 2010

Incompréhension

Encore une question que je me pose et me repose par manque de réponse significative de la part de cette majorité, qui semble tout mettre en oeuvre pour masquer certaines décisions administratives.
Quels sont les critères d'obtention des permis de construire dans nôtre commune ? Comment expliquer qu'un permis de construire est accepté sur une parcelle, et qu'un autre ne l'est pas pour le même type de construction, sur un terrain de surface identique ? Comment des travaux ouvert sur la berge du Canal du Midi coté restaurant " La Crémade " qui jusqu'ici a réalisé des ouvertures conséquentes, n'a pas mentionné sur le panneau de chantier la nature des travaux, la destination, la surface des planchers, le N° du permis de construire, le nom du maitre d'oeuvre et le nom de l'entrepreneur ou sa raison sociale. C'est beaucoup de manquement à la règlementation en la matière. Mes fréquentes visites me font remarquer que l'on y travaille avec peu d'assiduité vu l'importance des travaux de rénovation, ce qui accentue ma curiosité. Après l'envoi d'un courrier adressé au Maire depuis un quinzaine de jours, me permettant de consulter le dossier en question, je suis toujours sans réponse à ce jour et attends encore son accord. Le marchand de légumes qu'ils veulent faire fermer, voulant faire des travaux, on lui répliqua que le site était préservé et que donc il ne le pouvait pas. Coté restaurant on autorise la rénovation, mais pas de l'autre ! Me cacherait-on quelques éléments compromettants ? J'ose espérer que ce manque de réponse du Maire est dû plus à un manque de temps qu'à de la mauvaise volonté de sa part, fin d'année difficile et surchargée je suppose !


VU / M.G

18 août 2010

déviation mal venue

Une réflexion fait l'unanimité au sujet de la mise en place de la déviation depuis le rond-point de Bigot jusqu'au pont-Canal pour cause de réfection des passages piétons et autres marquages au sol. En effet bloquer la circulation de 8h à 11h30 n'était pas bien judicieux sachant que les employés des services techniques font journée continue de 6h à 13h. La circulation fut tellement perturbée qu'il se formât un bouchon monstre paralysant l'axe principal de la commune. Les commerçants n'ont pas apprécié ce créneau horaire choisi , occasionnant ainsi une perte de clientèle potentielle de passage en cette période de grande fréquentation estivale. C'est encore un manque de concertation et de communication de la part d'élus peu consensuels dans ce type de gestion municipale.
Comment peut-on en période estivale , avec la fréquentation que nous connaissons , veille de 15 août , entreprendre des travaux de ce genre alors que le mois de juin eut été plus propice et n'aurait généré que peu de désagrément ? Quel manque d'objectivité de toute une équipe qui se dit soudée et visionnaire ! Désespérant et désolant sont les moindres qualificatifs dans cette affaire navrante.

VU/MG