Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14 mars 2012

DECISION MUNICIPALE N° 2011 / 42

OBJET : signification de citation - audience de consignation


Le Maire de Villeneuve-lès-Béziers,

Vu l'article L.2122-22 du Code Général des Collectivités territoriales, et notamment l'alinéa 4,

Vu la délibération en date du 2 avril 2008 modifiée le 7 juillet 2008 relative à la délégation de pouvoir accordée au Maire par le Conseil municipal l'autorisant à prendre les décisions prévues à l'article L.2122-22
Vu la disposition n° 11 de la délibération susvisée autorisant le Maire à fixer les rémunérations et à régler les frais et honoraires des avocats, notaires, avoués, huissiers de justice et experts.
Considérant la nécessité de procéder au règlement des frais d'honoraires de Maître Delphine CAUSSE, avocate associée de la S.C.P. TERRIER & Delphine CAUSSE, avocate sise 17, rue Viennet 34500 Béziers d'un montant de 900 € ht et 1 120.24 € ttc dans le cadre de la défense des intérêts de la commune.

DECIDE,

de procéder au règlement des frais d'honoraires de Maître Delphine CAUSSE, avocate associée de la S.C.P. Philippe TERRIER & Delphine CAUSSE sise 17, rue Viennet 34500 Béziers d'un montant de 900 € ht et 1 120.24 € ttc dans le cadre de la défense des intérêts de la commune.

Cette décision fera l'objet d'une communication au Conseil municipal.

Fait à Villeneuve-lès-Béziers le 27 octobre 2011, signée par le Maire, Jean-Paul GALONNIER.


Tout d'abord je tiens à signaler que cette décision ne rentre pas dans le cadre de la défense des intérêts de la commune, comme il dit plus haut, mais bel et bien dans l'intérêt du Maire qui, me citant à comparaître au Tribunal Correctionnel de Béziers le 30 avril 2012 compte me déstabiliser. Une fois encore, le Maire applique la politique de la terreur par la dépense financière que cette affaire engendre à mon égard, m'imposant pour que je puisse me défendre des dépenses liées aux frais d'avocat.

J'informe Les Villeneuvois que la commune est liée par un contrat avec un cabinet d'avocats, S.C.P.Henry GALIAY CHICHET, rémunéré à l'année par la municipalité! Pourquoi le Maire n'a-t-il pas confié cette affaire me concernant à ce cabinet d'avocats plutôt qu'à la S.C.P. Philippe TERRIER & Delphine CAUSSE? La commune n'aurait pas eu à payer cette dépense, mais quand ce n'est pas son argent on ne compte pas, n'est-ce pas Monsieur le Maire?

Mais revenons sur l'affaire des tags injurieux qui durant quelques mois fleurissaient aux quatre coins de l'Agglo, notamment à Villeneuve, Sérignan, Valras, Sauvian et même jusqu'à Colombier.
Après avoir imposé des heures de travail de surveillance nocturnes que certains agents de la police municipale ont encaissé sur le dos du contribuable, après m'avoir fait surveiller dans mes déplacements, et sans le répandre, m'avoir soupçonné de tels agissements, le Maire finira par s'octroyer les services d'un " privé ".

Monsieur Serge BRUN, détective de son état, installé à Béziers, après n'avoir pu confondre l'auteur de ce délit pour " injures publiques " s'est fait payer sa note de frais par le Maire après délibération du Conseil municipal et le vote à la majorité relative moins ma voix. Cette note s'élève à 7002 € et quelques centimes ttc, que les contribuables ont payé sans que celui-ci y ait droit, après tout pourquoi se gênerait-il?

L'article L.2122-22 du Code Général des Collectivités Territoriales, dans son alinéa n° 11 stipule, comme il est dit plus haut, que le Maire fixe et règle les frais des avocats, notaires, avoués, huissiers de justice et experts. Cet alinéa ne comporte pas ni ne cite les détectives privés. Il pouvait tout aussi bien déposer une plainte en bonne et due forme auprès du Procureur de la République, qui aurait fait diligenter une enquête sans que les villeneuvois n'aient à payer la facture! Cela n'est autre qu'un abus de pouvoir!


V. U. / Michel G A R C I A

18 février 2012

LETTRE AU MAIRE ET A SA MAJORITE.

Lors de la séance du Conseil municipal du 16 février 2012 où peu de questions suscitèrent de l'intérêt, le final nous fit découvrir une fois de plus le véritable visage du Maire et de ses équipiers. Il prouva encore une fois que l'intérêt personnel primait sur l'intérêt général concernant le retrait de délégation de sa belle fille lui faisant payer les différents qui l'opposent à la mère de cette jeune conseillère. Comment pourrait-on interpréter une telle décision autrement qu'un règlement de compte familial ?

A la place de Sophie j'aurai fait parvenir une lettre à chaque conseiller et dès le début de séance du dernier Conseil municipal j' aurais lu l'intégralité du texte qui aurait été celui-ci :

" Jean Paul, depuis notre élection, alors que tu m'avais demandé d'être sur la liste " Vivre Villeneuve Autrement ", j'ai toujours respecté tes choix et décisions. J'ai toujours été partie intégrante de l'équipe et j'ai toujours suivi la ligne tracée par notre majorité sans aucune hésitation! J'ai voté les délibérations comme toute l'équipe de la majorité dont je me considère encore. Je n'ai jamais mélangé notre vie privée avec ma vie publique. Je t'ai toujours soutenu.

Mais pourtant quelque chose m'échappe, pour quel motif réel me retires-tu la délégation que tu avais tant souhaité pour moi au début de notre mandat?

Le manque d'assiduité est le prétexte que tu invoques pour me retirer ma délégation et l'indemnité qui en découle, mais je ne crois absolument pas à ta version. Je pencherais plutôt pour une mauvaise humeur passagère due à tes problèmes personnels! Il est désolant et exagéré d'en arriver là, J'ai relevé le nombre de fois où je me suis trouvée dans l'impossibilité d'assister aux séances du Conseil municipal et je peux dire que coté assiduité je n'ai rien à me reprocher et toi non plus d'ailleurs! D'autres conseillers sont régulièrement absents et le fait de donner procuration ne les dédouane pas de leurs obligations. Je ne pense pas que la délégation jeunesse soit en péril. Les employés qui mettent en application nos directives font très bien leur boulot. Tu ne m'as jamais donné de feuille de route précisant les domaines dans lesquels tu souhaitais que mon action porte. Ne m'en fais pas aujourd'hui le reproche!

J'estime ta décision extrême et imméritée. Car, pourquoi d'autres que moi ne subissent pas la même sanction sachant qu'ils s'investissent autant que moi...? Je trouve les raisons invoqués infondées!

Vous, les élus majoritaires, dissident ou opposants, reconnaissez que cette sanction est injustifiée puisque je n'ai nullement trahi ni blâmé notre majorité que j'ai toujours soutenue. Je vous demande de ne pas me considérer comme dissidente. Je suis au service des villeneuvoises et villeneuvois, au sein de la majorité municipale.

Si ta décision visait à écarter une fois de plus ceux qui t'ont soutenu et servi loyalement, si elle visait à me faire démissionner de ma fonction de conseillère municipale, elle a échouée. Je sais faire la part des choses. Tu sembles oublier ou ignorer que si tu perds quatre élus majoritaires, on retournerait aux urnes! Ton attitude fait prendre de grands risques à la majorité municipale!

Si ta décision est une vengeance déguisée adressée à ta femme, elle est d'une bassesse indigne! La vie privée doit toujours et en toutes circonstances rester privée!

J'allais oublier, la conseillère déléguée aux commerçants n'est connue d'aucun d'entre eux, c'est ce qui ressort d'une enquête réalisée par un conseiller municipal devenu dissident suite aux retrait de ses quatre délégations, une municipale et trois extra municipales dont une communautaire. Autant dire qu'à cette conseillère le travail municipal lui court après!

Que dire aussi d'un autre conseiller de la majorité qui n'assiste même pas à la moitié des séances du Conseil, étant constamment en voyages d'affaires. D'autres encore annoncent clairement s'en foutre pourvu qu'ils perçoivent leur indemnité de fonction que la majorité d'entre eux sont loin d'assumer correctement! Que penser aussi de ces élus qui donnent procuration à la moindre occasion considérant que l'on peut faire sans eux du moment que l'opposition est absente quasiment à toutes les séances!

Merci de votre écoute ".

Voilà la lettre que j'aurais lue si j'avais été à la place de cette petite que ses " amis " ont dégoûté à jamais de la politique locale, à leur place je ne serais pas fier, quelle tristesse, quel dégoût! Je dirais même pour aller plus loin que c'est dégueulasse et que c'est à vomir, jamais on ne sera allé aussi loin, la connerie humaine est la seule approche que l'on puisse avoir de l'infini!

Aux questions diverses, Sophie BLANC interpella son parrain de maire lui reprochant son retrait de délégation, celui-ci ne trouva rien de mieux que de la renvoyer dans les cordes en proposant le verre de l'amitié à l'assistance pour fêter la naissance de son petit fils. Il fit encore preuve d'un cynisme et d'un manque de respect envers les conseillers, la privant de l'expression due en séance du Conseil municipal.


V. U. / Michel G A R C I A

10 février 2012

RETOUR SUR LE RETRAIT DE DELEGATION D'UNE CONSEILLERE MUNICIPALE



Comment qualifier le retrait d'une délégation à l'encontre d'une Conseillère municipale de la majorité qui n'a jamais manifesté un quelconque désaveu de la politique du Maire ? La réponse dépend des motifs du retrait de délégation de cette Conseillère au sein de la majorité. Pourquoi ne retire-t-il pas d'autres délégations farfelues à certains élus qui vont en mairie que pour faire croire qu'ils s'occupent des affaires communales ?

J'en connais de nombreux qui font un passage éclair dans les couloirs de la mairie toisant de leur hauteur d'élus les employés qui font leur boulot. J'en connais qui ne mettent jamais les pieds dans les services municipaux mais qui apparaissent lors des manifestations officielles toujours à portée du photographe ! Qu'a fait de mal cette Conseillère aujourd'hui déconsidérée, elle a participé à la quasi totalité des séances du conseil municipal et n'a jamais voté contre une mesure proposée par le Maire ?

Le Conseil municipal doit être le reflet du village et il ne peut y avoir en son sein que des retraités ou des femmes au foyer. La conseillère municipale est une jeune femme dont les journées sont occupées par sa formation de professeur des écoles et son rôle de maman d'un bébé de un an. Comme quelques élus villeneuvois son temps est compté mais on ne peut lui reprocher de ne pas exercer sa fonction de conseillère municipale. Elle fait ce qu'elle peut, tout simplement !

Cette décision totalitaire doublée d'une action dictatoriale sans concertation préalable avec ses élus soumis depuis le retrait de mes délégations dès novembre 2008, est pitoyable et révélatrice de l'ambiance qui règne au sein d'une équipe qui se disait soudée durant la campagne des municipales. Lors de la prochaine séance du Conseil municipal j'espère un sursaut courageux et républicain de la part de certains élus craintifs et apeurés par les décisions punitives du maire en cas de dissidence même modérée.

Certains élus ne s'accrochent-ils pas à leurs moindres indemnités qu'ils ne percevaient pas avant mars 2008 et qu'ils ne percevront plus après mars 2014 ? Sachant qu'au moindre différent ils s'exposeraient à la sanction financière, méthode appliquée systématiquement par le maire ! J'en suis pratiquement persuadé car comment peut-on se comporter de la manière la plus docile qu'il nous est donnée de voir lors des séances du Conseil municipal !

Le maire ferait-il de telles crises de démagogie que lorsqu'il revient à la réalité il dit systématiquement le contraire de ce qu'il a proclamé durant ses crises !
Notre édile les terroriserait-il à ce point ? Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres ! ( Aristote )


V. U. / Michel G A R C I A

03 février 2012

PROPREMENT SCANDALEUX !!!

J'apprend ce soir de source sûre que le Maire, Monsieur GALONNIER vient d'envoyer une lettre adressée à une élue de sa majorité l'informant de son retrait de délégation ! Les raisons de cette décision semblent être personnelles si j'en crois mon informateur qui n'est autre que la mère de cette jeune élue !

Ce retrait de délégation impose automatiquement la cessation de l'indemnité qui va avec celle-ci !
Comment peut-on, après avoir été élue sur la liste majoritaire que tout Villeneuve connais pour en être témoin, se retourner contre une jeune femme au point de l'écarter de sa majorité municipale et du coup la priver de toute implication communale ? Le manque de participation à l'action municipale ne serait pas acceptable pour la bonne raison que plusieurs élus ne montrent pas plus d'assiduité, pour preuve leurs multiples absences lors des séances du Conseil municipal quasi-mensuelles !

Je peux affirmer que le peu d'absences que l'on ait pu constater de sa part n'eurent lieu que lorsqu'elle fut empêché par sa maternité ! D'autres élus mieux considérés ne peuvent se venter d'une aussi grande assiduité.

Cette jeune femme ne souhaitait pas se présenter sur la liste " GALONNIER " et malgré cela il la força malgré tout à compléter le nombre de ses colistiers pour des raisons qui lui sont personnelles ! Aujourd'hui il la refoule pour de sombres raisons qui le regardent certes mais qui paraissent troubles et douteuses si j'en crois ses proches !

En novembre 2008, quand il me retira mes quatre délégations lors d'un lynchage public en séance du Conseil municipal pour crime de lèse-majesté, il avait au paravent lors d'un bureau municipal en mairie dit à mon sujet devant ses courtisans ravis que " comme il a besoin d'argent ça lui fera les pieds ", je parle du fait qu'il me privait de deux indemnités de fonction, l'une communale et l'autre communautaire, attribuées lors de notre installation au Conseil municipal !

La sanction, pour Monsieur GALONNIER est forcément financière, les policiers municipaux peuvent en témoigner, la conseillère municipale en question et moi-même pouvons le confirmer ! Le montant de mon indemnité de délégation municipale devait, avait-il dit, être reversée au CCAS, qu'en est-il vraiment ?
Dans le courant de l'année 2011, à l'ordre du jour d'une séance du Conseil municipal, une question traitait d'une augmentation des indemnités du maire, elle fut retirée pour éviter de me faire monter au créneau et que cette décision paraisse impopulaire.

Le Maire, soit dit en passant dispose d'une enveloppe personnelle pour frais de représentation de 5 000 € et que depuis notre élection il a perçu 2 500 € en 2008, 5 000€ en 2009, 5 000 € en 2010, 5 000 € en 2011, ce qui représente pas moins de 17 500 € sans qu'il nous communique comme il prétendait le faire, les détails de ses dépenses, ce qui est pour moi un manque de transparence flagrant et réfléchi ! Je précise aussi que ses indemnités mensuelles cumulées tournent autour de 4 300 € dont il jouit chaque mois, celles de cette jeune élue s'élevait à 204 €/mois. Quelle destination prendra cette indemnité qui ne sera pas perdue pour tout le monde ?


V. U. / Michel G A R C I A

08 décembre 2011

FAVORITISME ET ABUS

J'ai dénoncé à plusieurs reprises, les divers abus concernant les embauches de proches et enfants d'élus sous différentes formes de contrat à la mairie de Villeneuve-lès-Béziers.

Douze personnes pistonnées, embauchées depuis le début du mandat l'ont été du fait de leur filiation, fratrie, parenté ou copinage. Ils ont été rejoint par le fils d'une Conseillère municipale ( qui l'est devenu grâce à moi ) depuis quelques jours, ce qui porte le nombre à treize. Quand comprendront-ils que ces abus déplaisent aux parents qui n'ont pas l'avantage d'avoir un ami ou un parent élu sur la liste Galonnier ?

Je comprends le désarroi des parents qui se désespèrent de ne pouvoir " caser " leurs enfants et qui, sachant qui, la municipalité a intégré au sein des effectifs municipaux, m'interpellent et se plaignent de ces abus.

Je connais ce jeune et je me dis que c'est tant mieux pour lui, mais je me souviens que pendant nos réunions antérieures aux élections municipales, je souhaitais qu'on n'embauche pas nos enfants ou proches parents puisque nos prédécesseurs n'avaient pas abusé dans ce sens et que ce serai mal vu si nous le faisions. Que croyez vous qu'il arriva dès le lendemain de notre élection ? Eh bien, un adjoint fit " rentrer " son fils, suivi peu de temps après d'un autre fils d'adjoint, et puis d'autres encore suivirent. Deux d'entre eux rejoindront l'Agglo dès janvier 2012, la compétence ordures ménagères étant transférée à la CABM. Jusqu'à présent, pas moins de treize employés pistonnés sont dans l'effectif communal ! A combien arrêteront-ils ?


V. U. / Michel G A R C I A