Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25 septembre 2011

DEPRESSIONS EN SERIE DANS PLUSIEURS SERVICES MUNICIPAUX

Plus rien ne semble aller pour le mieux, doux euphémisme, dans différents services municipaux mettant aux prises la municipalité et plusieurs chefs de services. La municipalité semble prendre un malin plaisir à mener la vie dure aux employés et par la même occasion à certains de leurs cadres.

Nous savons tous, les problèmes et les sanctions qui ont été prises à l'encontre de la Directrice Générale des Services qui durant des années avait conseillé et fait campagne pour la liste GALONNIER. Celle-ci, secrétaire du maire de Fitou, fut débauchée afin de nous rejoindre et combler les lacunes des nouveaux élus. Deux ans plus tard on la remercie en la mettant au placard à la cave. Dès lors, on ne lui confie plus aucune tâche et plus encore on la déconsidère au point de la dénigrer lâchement.

Suite à un problème de santé suivi d'une opération, se sentant complètement larguée elle aurait semble-t-il sombré dans une dépression que l'on pourrait comprendre aisément, du moins, je le comprends parfaitement.

L'école maternelle semble subir le même sort, pression permanente et ingérence perpétuelle dans les affaires scolaires, trouvant à dire et contredire des décisions internes notamment sur les inscriptions des enfants. La Directrice se trouve dans un état près-dépressionnaire et si rien ne change versera dans la déprime à court terme, si ce n'est déjà fait !

Idem à la police municipale, les ordres et les contre ordres répétitifs émanant de plusieurs élus, sans véritable interlocuteur, chacun y allant de ses humeurs ou désirs de gouvernance, ont fini par déconcerter la chef de ce service tant décrié et donné à la vindicte populaire. Comment peut-on travailler sereinement quand la municipalité fait tant et plus pour leur mettre une pression constante et qu'en même temps elle leur supprime des indemnités réduisant leurs salaires de 20%. Comment pourrait-on mener à bien une mission de maintien de l'ordre public quand on ne peut prendre des décisions personnelles sans qu'un quelconque élu vienne contrarier vos desseins. Inévitablement , viens le jour ou tout bascule et deviens insupportable pour le commun des employés obligés de se soumettre à leurs caprices et peu à peu sombrent dans la déprime et le dégoût.

A ce rythme là, le nombre de dépressions, si l'on n'y prends garde risque d'atteindre un plus grand nombre de personnes actuellement à la limite du supportable si l'on en croit les rumeurs circulant depuis quelque temps. Une ambiance pesante et incommodante paraît être la raison principale du malaise due à la suffisance du maire et des adjoints et au manque de reconnaissance du travail fourni dans les différents services municipaux.


V U / Michel G A R C I A

16 septembre 2011

ABUS DE POUVOIR

Le maire a fait appel aux services d'un détective privé, payé par les contribuables ( 7 000€ TTC ), afin de confondre l'auteur des tags outrageants et injurieux qui sont apparus voilà plusieurs mois. Ces tags injurieux ont été réalisés sur de multiples lieux dans diverses communes de l'Agglo aux dires du maire.

La procédure normale eut été que le maire porta plainte contre X, pour injures publiques écrites, au procureur de la République de Béziers. Celui-ci aurait alors diligenté une enquête qui aurait été menée par la gendarmerie et la police nationale, puisque ces tags étaient disséminés sur la zone police et zone gendarmerie. La police municipale ne pouvant mener des enquêtes car elle n'a pas l'autorité nécessaire.

Les journaux locaux auraient fait choux gras et auraient fait de cette affaire assez rare une affaire de politique locale. Il fit donc le contraire en employant un détective privé nommé Serge BRUN installé à Béziers afin de ne pas ébruiter les faits .

Sur le compte rendu du Conseil Municipal du 9 septembre 2011, le maire dit que l'ensemble de cette procédure visant à la recherche du responsable de ces écrits a été réalisé avec l'accord des services de l'Etat ( ? ). M. BARSALOU, dircab précise qu'il ne s'agissait pas de la personne physique de M. GALONNIER qui était visé, mais bien la personne du Maire.

Mais cela ne change rien, car là n'est pas la question ! Le problème est qu'il fait payer aux contribuables villeneuvois les services de M. Serge BRUN, détective privé, alors qu'il n'en a pas le droit, ce qui constitue un abus de pouvoir manifeste. Cela nous en coûte 7 000€ TTC, alors qu'une enquête de gendarmerie ne coûtait rien, ni à la commune ni à M. GALONNIER ! L'article L.2122-22 du code des collectivités territoriales ne prévoit pas qu'un maire puisse s'attacher les services d'un détective privé, payé par la commune pour quelle raison que ce soit.

Le pouvoir politique local est porteur par essence de l'abus de pouvoir ( Alexandre DORNA, professeur à l'université de Caen ),le pouvoir municipal est un potentat de fait, sans possibilité de contre pouvoir réel, où le respect de l'esprit démocratique au niveau local ne dépend finalement que de la personnalité du maire.

Une oligarchie s'est installée dans les faits, en particulier au niveau local, avec une concentration institutionnelle du pouvoir municipal autour de la personne du maire, dernier " Tyran " qui peut instrumentaliser l'administration à son profit ( Frédéric TIBERGHIEN ). Yannick NOA renvoi chacun d'entre nous à sa responsabilité de citoyen, décrit tout à la fois comme lâche, suiveur mais aussi capable de résistance.

L' abus de pouvoir est le manquement à la confiance qu'on a porté à la personne qu'on a élu et le dépassement des limites légales d'une fonction. Il est aussi une forme de dictature que le maire impose même à ses Conseillers, négligeant le travail d'équipe qu'il prônait avant d'acquérir le pouvoir.


V U / Michel G A R C I A

10 septembre 2011

DECISION DU MAIRE - REGLEMENT D'HONORAIRES

Dés notre élection, lors d'un conseil municipal nous avons voté, à la demande du Maire, l'article L.2122-22 qui donne certains pouvoirs supplémentaires afin d'agir personnellement sans avoir à délibérer sur des questions précises.

Sa décision nous explique que Vu la délibération en date du 2 avril 2008 lors du premier conseil de la nouvelle municipalité élue le 19 mars 2008, modifiée le 7 juillet 2008 par laquelle le Conseil Municipal l'a chargé, par délégation, de prendre les décisions prévues à l'article L.2122-22 susvisé,

Vu l'article L.2122-22 du Code Général des Collectivités Territoriales, et notamment l'alinéa 4,

Vu le code des marchés publics,

Vu la note d'honoraires et le rapport d'enquête remis par Monsieur Serge BRUN, exerçant la fonction réglementée d'enquêteur public de droit privé agrée par l'Etat ( autrement dit " détective privé "), titulaire de l'agrément préfectoral n° 2008-34-22 délivré par Monsieur le Préfet de l'Hérault le 5 février 2008,

Considérant la nécessité de procéder au paiement de la note d'honoraire correspondant aux frais induits par cette enquête.

Décide le paiement à Monsieur Serge BRUN ( détective privé ) de la somme de 5 855€ ht et 7 002,58€ ttc correspondant à la prestation d'enquête effectuée par celui-ci à la demande de la commune ( du Maire en vérité ) dans le but d'identifier l'auteur de graffitis injurieux et menaçants ( je conteste ce terme, injurieux oui mais en aucun cas menaçants ) à l'encontre du 1er Magistrat ( Galonnier crève, n'est pas une menace mais plutôt un souhait, textuellement parlant ).

Cette décision fera l'objet d'une communication au Conseil Municipal.

Le 4ième alinéa de l'article en question, concerne le règlement des marchés, ce n'est pas le sujet qui nous intéresse, je vous suggère d'ailleurs de vous rendre sur le site de l'article L.2122-22 et cliquez sur le 2ième paragraphe, vous prendrez ainsi connaissance de l'ensemble des alinéas concernant cet article voté en conseil le 7 juillet 2008.

L'article L.2122-22 stipule dans son 11ième alinéa que le Maire peut fixer les rémunérations, règler les frais et honoraires : des avocats, des notaires, avoués, huissiers de justice et experts, or un détective privé ne corresponde à aucun de ces métiers. Il dépasse donc ses prérogatives et de ce fait n'a pas le pouvoir au nom de la commune de diligenter une enquête privée le concernant personnellement ! Un mari jaloux ou une femme d'ailleurs pourraient agir de la sorte ! Le Maire n'est pas attaqué en tant que tel puisqu'il s'agit en l'occurrence d'un Nom propre

Le 16ième alinéa dit que le Maire peut intenter des actions en justice ou défendre les intérêts de la commune en justice quand on intente des actions contre elle, or ce n'est pas le cas, c'est évident.

En se rendant sur le site de Monsieur Serge BRUN on peut lire ses devises préférées qui sont pour le moins révélatrices :
- L'ignorance " coûte " plus cher que l'information !
- L'ignorance est la mère de toutes les " dérives " et la base de toutes les " difficultés " !


V U / Michel G A R C I A