Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16 janvier 2012

GROS RETARDS !

Dans la délibération n°1 de l'ordre du jour du Conseil municipal du 17 septembre 2008, concerne le carrefour de la Montagnette et notamment une demande de subvention au Conseil Général.

Sur le compte rendu du 27 septembre 2008, on peut y lire :

Du fait de l'arrivée de l'A 75, la R.D.612 va se trouver encore plus engorgée qu'actuellement et le carrefour de la Montagnette s'avérera infranchissable d'autant que le Conseil Général va passer la R.D. 612 en 2 fois 2 voies, ce qui implique obligatoirement un terre-plein central.

Afin de pallier ce problème, la Commune de Villeneuve-lès-Béziers par l'intermédiaire de l'ancienne municipalité avait fait mener des études de faisabilité d'ouvrages permettant la traversée de la R.D. 612.

Quatre types d'ouvrages d'art ont été envisagés dont deux écartés pour des raisons soit techniques soit financières. Il subsiste donc 2 solutions : celle du type du square de l'Hours à Béziers et celle du pont enjambant la R.D. 612 à Cers. Pour une raison de coût, la solution en trémie ( Hours ) doit être rejetée.

La solution dont la faisabilité est démontrée ( pont ) est pris en charge pour moitié par le Conseil Général ( mise à deux fois 2 voies ) et par l'aménageur de la Z.A.C. Pech-Auriol. ( donc, ne coûtait rien aux contribuables ! )

Avant d'arrêter le projet et de lancer les consultations de construction, la Commune doit rechercher tous les financements possibles, c'est l'étude de faisabilité financière.

Pour que le Conseil Général inscrive ce projet dans ses dépenses d'investissement, il convient de solliciter une subvention.

La proposition est adoptée à l'unanimité.

Donc trois ans et quatre mois plus tard, nous pouvons constater que pour l'instant la subvention que je suppose nous avons demandée au Conseil Général n'a toujours pas été budgétée ! Comme le projet de Z.A.C. " Pech-Auriol " a été rejeté, le Maire s'empresse maintenant de le remplacer, s'accaparant ainsi et faisant sien le projet initial envisagé par ses prédécesseurs dès 2004.

On se rends compte aujourd'hui que si nous avions consenti au lancement des travaux avec l'aménageur, ce pont à lunette comme il était désigné aurait été pris en charge par Angelotti et le Conseil Général.

Les réunions à ce sujet se succèdent en mairie mais rien ne filtre, aujourd'hui c'est silence radio ! Peut-être compte-t-il organiser une réunion publique afin d'expliquer aux Villeneuvois ce que le Conseil Général compte faire réellement et quand va-t-il le faire ! Les riverains sont en droit de savoir quand viendra le jour où par la faute de leur maire ils ne pourrons plus traverser la R.D.612 à hauteur de la Montagnette et seront obligés de se diriger vers le rond-point de la Méditerranée engorgeant davantage celui-ci !

Un avenant au marché de maîtrise d'oeuvre " échangeur R.D.612 " a été signé avec le bureau d'études BEI, les sociétés INTERVIA et ENTECH . La configuration, de cet ouvrage d'art ayant changé afin de ne pas détruire des entreprises, il convenait de de valider l'avenant pour la reprise des études de la tranche ferme et la répartition des honoraires pour un montant de 37 280 € HT. Le forfait de rémunération relatif à la maîtrise d'un échangeur routier sur la R.D.612 au lieu dit carrefour de la Montagnette, marché signé avec le groupement BEI-INTERVIA-ENTECH sis à Servian doit être révisé. Le forfait définitif de rémunération initialement prévu pour un montant de 170 200 € HT est porté à 187 516 € HT soit 224 26€ TTC.

Ce projet a été validé dans sa partie technique par le Conseil général représenté par M. COSTE le jeudi 6 août 2009. Le projet global est estimé à 7,319 190 Millions d'euros hors taxe. Hors acquisitions foncières.

Bretelle d'accès : 1,175 000 M€, Giratoire Pech-Auriol : 400 000 €, Voie de liaison : 585 000 €, Voies de rétablissement : 550 000 €, Ouvrage d'art ( pont ) : 2,900 000 M€, Déviation + déplacement réseaux : 225 140 €, Passage 2x2 voies R.D.612 : 1,484 050 M€ pour un total de 7,319 190 M€ HT.



V.U./ Michel G A R C I A

00:12 Écrit par michelgarcia dans intérogations | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |  Imprimer

11 décembre 2011

QUI EST LE PLUS MENTEUR DE NOUS DEUX ?

Je le dis tous les jours, internet, c'est merveilleux, on y fait d'intéressantes et étonnantes trouvailles !...

Je regardais sur internet où en était le dossier du futur TGV et plus précisément de la LGV ( Ligne Grande Vitesse ). Où la ligne nouvelle passera, où se construira la gare dont on nous parle tant et que notre maire annonce à Villeneuve, alors que même RFF ( Réseau Ferré de France ) n'a pas encore imaginé ! Quels seront les impacts sur Villeneuve-lès-Béziers ( positifs ou négatifs ) ?

Et là, sur quoi je suis tombé ? Sur le compte rendu de la troisième commission consultative concernant les séquences 4 et 5 de la future ligne TGV qui s'est réuni à Mèze le vendredi 28 janvier 2011, où je n'avais pas pu me rendre, en présence de 38 participants dont 2 villeneuvois : J.P GALONNIER, maire et Marie France PAYAN secrétaire à la mairie de Villeneuve-lès-Béziers !!!!!
Les élus présents à cette réunion se sont entourés de certains de leurs adjoints, de leur DGS ou de techniciens, le maire de Villeneuve-lès-Béziers, lui s'et entouré de sa " secrétaire ".

J'aurais compris qu'éventuellement, il fasse suivre le collaborateur de cabinet, qui, pour avoir fait Science Pô, parle beau, parle haut, mais Marie France PAYAN, c'est fort !

Car Marie-France PAYAN n'est pas, mais alors pas du tout, employée à la mairie. De là à supposer un emploi fictif... mais il faudrait qu'elle soit rémunérée !!!!!!!

Monsieur le Maire, les villeneuvois attendaient de vous une autre attitude que celle que vous avez depuis de nombreux mois : faire passer leurs besoins avant les vôtres ou ceux de vos proches. Ils ne l'oublieront pas en 2014, je me chargerai de leur rappeler !

Vos interventions lors de cette réunion, qui figurent sur le compte rendu, ont démontré vos lacunes dans la maîtrise de ce sujet : vous vous êtes borné à rappeler brièvement que la gare interconnectée ( gare de Béziers raccordée à la LGV ) ne vous convenait pas et surtout à demander un calendrier précis parce que vous aviez une urbanisation future à planifier !!!

Les enjeux liés au passage de la ligne à grande vitesse sur le territoire de la commune ainsi que la possible implantation de la gare sont de nature à voir au delà de votre nombril , ils induiront des changements radicaux et définitifs il est vrai de Villeneuve-lès-Béziers mais aussi de tout le territoire de la Communauté d'Agglomération Béziers Méditerranée et largement au delà.

Pour ceux qui voudraient vérifier que je ne raconte pas de bobards, vous pouvez aller sur le lien suivant et vérifier en page 2 de la liste des participants et en page 13 les interventions de J.P GALONNIER, notre maire !

http://www.ligne-montpellier-perpignan.com/wp-content/uploads/2010/06/RFF-LNMP_CR_3%C3%A8me-CC-CC4+5_ALG_280111_Final2.pdf

Si l'un de nous deux était un menteur, je ne le serais pas plus que vous, loin de là s'en faut ! CQFD !

Nous avons constaté à la lecture de votre blog que contrairement à ce que vous voulez faire croire, vous n'avez pas pour habitude de traiter les sujets concernant la vie municipale et la défense des villeneuvois ! ( contre quels dangers, dites nous ! ) Effectivement nous nous ne satisfaisons pas de votre action et vos réactions sur votre blog qui ne servent qu'à répliquer à mes observations et remarques.

La plupart de vos textes n'expriment que dédain et critiques à mon égard et non pas comme vous dites, ne traitent en aucun cas de la défense des villeneuvois !


V. U. / Michel G A R C I A

17:07 Écrit par michelgarcia dans intérogations | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |  Imprimer

02 novembre 2011

SUR DES CAHIERS, LES COMPTES OCCULTES

La campagne présidentielle de François MITTERAND en 1988 mobilisa les " bureaux d'études " considérés comme les " pompes à fric " du PS. Les enquêteurs en eurent la preuve l'année suivante lors d'une perquisition dans les locaux d'un de ses bureaux, Urba-Gracco, à Marseille. Ils saisirent alors des cahiers d'écoliers dans lesquels un cadre, Joseph DELCROIX, avait noté, réunion après réunion, tous les éléments liés au financement occulte : les dates, les sommes, les noms des personnalités socialistes concernées.

L'Elysée est omniprésent dans ces documents. Dès le 30 mars 1987, DELCROIX écrit : " Maintenant il faut penser aux présidentielles. " Le 11 mai de la même année, les besoins sont chiffrés : 100 millions de francs, dont 25 millions à la charge d'Urba-Gracco. le 26 octobre, il dresse une liste d'entreprises auxquelles, dit-il, " on pourrait soutirer de l'argent ": Bouygues, Spie Batignolles, Compagnie générale des eaux ...

En 1988, la campagne du président fut en partie payée grâce à des sociétés qui servirent de " pompe à fric ". Un système révélé par l'inspecteur Antoine GAUDINO. Souvenirs :

La droite n'a jamais eu le monopole des dérives financières. La gauche, elle aussi, a eu recours . En toile de fond : sa campagne victorieuse de 1988, en partie financée par de l'argent noir grâce à des circuits occultes. A la fin des années 1980, le Parti Socialiste se retrouva ainsi au coeur d'une enquête conduite à Marseille par deux inspecteurs de la section financière du service régional de police judiciaire. L'un d'eux, Antoine GAUDINO, en fit l'affaire d'une vie et le thème d'un best-seller, " L'Enquête impossible ". Un homme y tient un rôle central : le président de la république François MITTERAND.

En toile de fond : sa campagne victorieuse de 1988, en partie financée par de l'argent noir. Il avait lui même mis en place ce système dès le congrès d'Epinay, en 1971. Deux lois d'amnistie votées en 1988 et 1989, permirent aux dirigeants socialistes de s'en tirer in extremis dans le volet marseillais du scandale. GAUDINO, lui, est écarté de la police après publication de son livre. " Sous le contrôle de l'Elysée, le travail de la justice a été entravé ". Les verrous finiront par sauter au début des années 1990. L'affaire rebondit alors dans l'ouest de la France sous l'impulsion de juges très pugnaces, d'abord THIERRY Jean-Pierre, puis un certain Renaud VAN RUYMBEKE.

D'un autre coté le Parti communiste d'Union Soviétique allouait chaque année 20 millions de dollars aux " Partis frères ". La campagne d'André LAJOINIE, en 1988 a bénéficié d'une partie de cette manne consentie par Mikhaïl GORBACHEV au Parti communiste Français à hauteur d'un million de dollars. Le PCF qui a toujours prétendu vivre sur les cotisations de ses militants et de ses élus, recevait environ 2 millions de dollars. Sans compter les rallonges, en période d'élections.


V U / Philippe B R O U S S A R D - L'E X P R E S S

15:11 Écrit par michelgarcia dans intérogations | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer

30 octobre 2011

ESPACES VERTS DELAISSES !

Me souciant de l'état général de l'espace communal, tant sur le plan patrimonial qu'environnemental, je ne saurai que trop recommander aux adjoints délégués aux travaux et à l'environnement, de bien vouloir constater l'état de délabrement qui choque tant les villeneuvois.

En effet, comment ne pas s'apercevoir, ne serait-ce qu'en flânant ou en se promenant dans le centre-ville, ou bien en se rendant dans les différents lotissements périphériques, du manque évident d'entretien.

Notre commune à su mettre en valeur ses espaces verts et s'est vu gratifiée d'une fleur lors du concours des villes fleuries organisé par le Conseil Général en 2009. Un long travail d'embellissement avait été initié par l'ancienne municipalité sous la conduite de monsieur FRATANGELLO, responsable de l'équipe espace vert qui fut récompensé lors du dit concours.

Il semblerait que l'on ne prête plus la même importance à l'image que reflétait la volonté de mettre en valeur nos espaces verts et les fleurissements des conteneurs et bacs dans le centre ancien. Les villeneuvois le déplore et le font savoir, étant moi-même mis en cause à ce sujet, alors que l'espace vert du lotissement où je réside est dans un état de délabrement maximal.

Mes voisins m'interpellent et m'invectivent, ne comprenant pas pourquoi cet abandon évident de l'entretien du petit espace vert d'à peine 50 m². La dernière apparition des jardiniers remonte au mois de mars, au moment de la taille des trois mûriers-platanes implantés sur ce site. Pas d'arrosage, aucun entretien, au point que les herbes folles s'y complaisent. Les trois lauriers roses qui n'ont pas été taillés depuis trois ans masquent les panneaux de signalisation, si bien que les véhicules empruntent le mauvais sens de circulation, au point de créer la confusion. Le camion benne à ordures ne tourne pas dans le bon sens au risque de surprendre les riverains accoutumés.

Je n'irai pas jusqu'à dire que cela est dû au fait que je réside au " Recantou ", puisque je ne suis pas le seul, je conseillerai par contre d'intervenir au plus vite afin de calmer la mauvaise humeur des voisins qui désespèrent de voir leur environnement proche entretenu comme il se doit. Un entretien régulier minime éviterait de donner une image de délabrement de nos espaces verts remarquables et remarqués lors de la remise de la fleur durant le concours des villes fleuries de l'Hérault, suite à l'excellent travail d'Yvette BOUQUET.


V U / Michel G A R C I A

23:45 Écrit par michelgarcia dans intérogations | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer

24 octobre 2011

INCIDENT !

Des rafales de vent d'Est soufflant à plus de 100 km/h sur la région, causent des problèmes de sécurité tout au long des zones boisées et notamment sur les berges du Canal du Midi. Les milliers de platanes malades à cause de l'épidémie de chancre coloré, deviennent de véritables dangers pour les utilisateurs .

A Villeneuve-lès-Béziers, aujourd'hui, une énorme branche s'est cassée à la base du tronc. Celle-ci pesant plusieurs tonnes s'est abattue sur une partie de berge et de la piste cyclable sans causer de dégâts majeurs, semble-t-il. Aucun bateau ne stationnait sous ce platane, heureusement et personne n'a été blessé.

Le danger est important à cause de nombreuses chutes de branches plus ou moins grosses, fragilisées et devenues cassantes par la maladie. Je me suis rendu sur place afin d'estimer le danger, un voisin résidant non loin du lieu de cet incident, a, m'a-t-il dit appelé la mairie pour signaler cet incident. Des mesures de sécurité qui s'imposaient dans de telles circonstances ont été prises

J'ai moi-même vu un cycliste passer sous cette branche énorme et continuer sa route comme si de rien n'était, insensé et dangereux de sa part ! Dés l'alerte, suite au coup de fil de ce riverain, le service technique prévenu par l'autorité locale aurait dans un premier temps, bloqué la piste cyclable par mesure de sécurité évidente. Cette mesure, dés sa mise en place, devait en empêcher l'axés, hors j'ai pu constater que plusieurs personnes à pied flânaient, allant même jusqu'à passer sous la branche en question.

Encore une fois, allons nous entendre dire que ce n'est pas notre affaire et que cela incombe aux Voies Navigables de France ? Si un accident grave venait à se produire, à qui reviendrait la responsabilité sachant que les services municipaux avaient prévenu, par la pause de barrières et de panneaux lors de la chute de cette branche énorme, le danger pour les usagers ?

Il est 17 heures, je retourne sur les lieux voir si les mesures de sécurité jouent leur rôle. Ces barrières sont d'une inefficacité totale, les gens vont et viennent comme si de rien n'était, pourquoi ? Tout simplement, parce que les panneaux ne précisent pas le danger. " Danger, chutes de branches ", eut été plus explicite et réfrénant ! Sur les quais, des débris et branches plus ou moins grosse laissent pourtant imaginer le danger de s'y promener et de s'y déplacer sans risques !


V U / Michel G A R C I A

17:01 Écrit par michelgarcia dans intérogations | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer