Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12 mars 2018

PLUS DE 500 MUNICIPALITES S'OPPOSENT AU COMPTEUR LINKY

Vingt-six députés de La République en marche (LREM) ont publié une tribune favorable au déploiement par Enedis des compteurs communicants Linky (« Le Monde » du 2 mars 2018). Leurs arguments méritent d’être discutés… et même rectifiés.
En premier lieu, il faut noter que ce texte aligne les affirmations gratuites et les slogans creux, certains étant même scandés deux fois : « Les compteurs Linky sont un outil majeur au service de la transition énergétique », « Ils permettent de piloter plus efficacement le réseau », « Ils permettent aux consommateurs de mieux maîtriser leur consommation électrique » ou (encore !) « C’est une composante majeure de la transition énergétique »…
Un abonnement plus cher
Par ailleurs, les signataires avancent une étude qui assure que le Linky « pourrait permettre jusqu’à 23 % d’économies d’énergie » : on n’est pas loin du régime qui permet de « perdre 25 kg en 5 jours en mangeant à volonté ».
Mais il ne faut pas oublier que le distributeur Enedis est une filiale à 100 % d’EDF… qui vit en nous vendant de l’électricité et qui, déjà proche de la faillite, n’aurait assurément pas autorisé un programme sabrant ses rentrées financières. De toute façon, alors que le déploiement des Linky n’en est qu’à son début, il apparaît déjà un peu partout que, loin de permettre des économies, ces compteurs démultiplient beaucoup de factures et obligent de nombreux usagers à prendre un abonnement plus cher pour ne pas disjoncter continuellement.
Les députés LREM démontrent qu’ils sont autant « hors-sol » que leurs prédécesseurs en avouant d’abord qu’ils ne sont que des courroies de transmission au service de l’Elysée, promouvant « la transition énergétique promue actuellement au plus haut sommet de l’Etat français ».
Mais le plus édifiant est qu'ils prétendent - peut-être le croient-ils vraiment ! - qu'"il n’existe pas de dysfonctionnement et ou de plainte généralisés."

Or, les innombrables articles de la presse quotidienne régionale en attestent, plus de 500 municipalités (de tous les bords politiques) s'opposent aux compteurs communicants, des centaines de collectifs "Stop-Linky" se démultiplient partout en France, et leurs réunions d'information réunissent des salles bondées où les gens viennent se plaindre de tous les maux que les compteurs Linky leur font déjà subir : surfacturations, incendies, dysfonctionnements ou même destructions des appareils électroménagers, sans oublier les diverses exactions opérées sur la population par les sociétés privées mandatées par Enedis pour imposer les compteurs communicants.

Par ailleurs, concernant les ondes et la question sanitaire, le texte se contente de reprendre mot pour mot les éléments de langage de l'industriel Enedis, oubliant d'ailleurs que les Linky doivent être dotés dans un second temps des ERL (émetteurs radio Linky) qui vont transformer chacun de ces compteurs en puissant émetteur wi-fi : les mesures effectuées aujourd'hui ne peuvent donc mettre en évidence les émissions générées demain. Il est d'ailleurs évident que cette opération en deux temps n'est pas fortuite et vise à tromper la vigilance citoyenne et à permettre aux agences d'Etat d'être parfaitement rassurantes… le temps que les Linky soient installés.

D'autre part, il faudrait être bien naïf pour accorder le moindre crédit aux belles assurances données concernant l'utilisation des innombrables données qui vont être captées sur nos vies par les compteurs Linky : une foi ceux-ci installés, il faudra 5 minutes au gouvernement en place, que ce soit dans 3 ou 5 ou 10 ans, pour décréter que, finalement, ces données seront utilisables sans l'accord des usagers.

On peut d'ailleurs prédire l'utilisation des bons vieux arguments comme "Ceux qui n'ont rien à cacher n'ont rien à craindre" ou "De toute façon, il y a déjà Facebook et les téléphones mobiles". Or nous avons le droit de protéger notre vie privée et il est fortement conseillé de se méfier des réseaux sociaux et des opérateurs téléphoniques. La seule façon d'être certain de ne pas être espionné par un compteur communicant est… d'avoir un compteur ordinaire.

Pour finir, il faut dire haut et fort que la question des Linky est avant tout une question démocratique, et qu'il est insensé que, dans un pays dit démocratique, tous les moyens soient utilisés pour imposer des compteurs communicants à d'innombrables citoyens qui n'en veulent pas. Une des caractéristiques du macronisme - et de ses députés godillots - est d'être "en marche" forcée vers un implacable totalitarisme numérique, lequel fera sous peu passer les services comme la securitate et la stasi pour d'archaïques amateurs.



Stéphane Lhomme
Conseiller municipal de Saint-Macaire (Gironde)
Animateur du site web http://refus.linky.gazpar.free.fr

Et si Villeneuve-lès-Béziers était la 501ième commune à refuser ce compteur inutile, mis à part la recapitalisation d'ENEDIS au bord de la faillite !

06 mars 2018

INFORMATION IMPORTANTE !

La Communauté d'Agglomération Béziers Méditerranée est riche d'un huitième vice-Président dont les actions sont mises en avant par le journal Midilibre.
Rendez-vous compte le huitième vice-Président délégué aux sports a obtenu une subvention de 24 000€ afin d'aider les Béziers Angels dont le palmarès est élogieux ! C'est une très bonne chose de soutenir l'effort associatif notamment le sport qui véhicule de belles valeurs.

numérisation0004.jpg


Vivement que le Midilibre fasse l'éloge des actions de ce même vice-Président pour ses actions significatives en matière de prévention de la délinquance, première de ses délégations...


Michel G A R C I A - B E R A I L

25 février 2018

ZERO SUR TOUTE LA LIGNE !

007.jpg

008.jpg

009.jpg

010.jpg

011.jpg

012.jpg





Michel G A R C I A - B E R A I L

19 février 2018

ALLEZ VOIR MA PAGE FACEBOOK ET VISIONNEZ LA VIDEO CONCERNANT LES EHPAD !

Je conseille cela à ceux qui sont mes " Amis Facebook " qui seuls le peuvent. Consternant d'y apprendre que les pensionnaires de certains EHPAD sont en souffrance et que les moyens humains sont nettement insuffisant pour changer cet état de fait !
France Info a publié le 30 janvier 2018 une vidéo intitulée " Parole de soignants en maisons de retraite ". Je n'ai fait que partager cette vidéo sur mon Facebook le 6 février.
J'ai également à plusieurs reprises, notamment le 13 février fait paraître sur mon Facebook l'appel de Patrick Pelloux qui demande plus de moyens pour les EHPAD.
Journaliste.jpgLe correspondant de Midilibre mal informé, bien que présent, a prétendu que le texte était paru sur mon blog. Cherchez bien, vous ne le trouverez pas, il n'a paru que sur mon Facebook limité à la seule lecture de mes " amis " et non public.
Son compte rendu du conseil municipal du 12 / 02 / 2018 paru le 17 / 02/ 2018 ne relate que trois questions de l'ordre du jour sur huit, plus les décisions municipales et consacre le reste à relater une remarque de J-P Galonnier après avoir répondu à mes deux questions diverses écrites qui parachevaient la séance du conseil municipal.
Aurait-il été conseillé par son maire ?

J-P Galonnier après la clôture de la séance m'a invectivé et fait voter une décision qui n'avait pas lieu d'être, puisque non inscrite à l'ordre du jour, mais au " chef " tout est permis ! Lorsqu'une question diverse est soumise à l'ordre du jour du conseil municipal, elle doit être déposée 48 h à l'avance selon le règlement du conseil voté en 2014

Le procès verbal du conseil est donc erroné et n'aurait pas du être signé dans l'état.


Michel G A R C I A - B E R A I L

14 février 2018

DEUX SONS DE CLOCHES A VILLENEUVE-LES-BEZIERS !




Lors du conseil municipal du lundi 12 février, J-P Galonnier nous expliquait que l'Agglo ne nous aidait pas alors que nous serions, d'après lui et les membres de l'opposition "IDEAL", le deuxième contributeur après Béziers de notre EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale).

001.jpg


Comme nous pouvons lire sur le Midilibre aujourd'hui, une convention de partenariat financier a été signée entre les deux parties lundi 12 février en mairie dans la matinée.
Le soir même, en conseil municipal il n'en fait pas état et s'en prend à l'Agglo, belle hypocrisie de sa part ! Il dira en séance tout le mal qu'il pense de cette coopération Agglo-Villeneuve-lès-Béziers qui nous prive de revenus substantiels. Je rappelle que les entreprises et les commerces payent leurs taxes à l'Agglo depuis la création des EPCI en janvier 2002 et que les taxes qui étaient perçues par les communes jusqu'à cette date-là nous sont reversées depuis lors (2,1M€).
La CABM soutient financièrement tous les projets structurants dans les 17 communes qui la compose. Pas de projet structurant = pas de financement ! Les travaux du boulevard Frédéric Mistral sont financés à hauteur de 379 000€.

Concernant les nouveaux emplois entrevus par J-P Galonnier chez Décathlon et Leroy Merlin risquent de ne profiter qu'aux mêmes employés de ces Enseignes et dans une moindre mesure à d'éventuels villeneuvois en recherche d'emplois, c'est ce que nous constatons chez celles précédemment installées sur la Zac "La Méridienne".

Lundi 12 février, R Ménard convoquait son conseil pour une séance extraordinaire. Il s'agissait de voter une Motion de soutien à la LGV Montpellier-Perpignan, d'autres l'ayant fait auparavant. Cette motion a été votée à l'unanimité.
En conseil municipal du 12 février j'ai proposé que nous votions aussi cette motion, proposition non retenue par J-P Galonnier qui ne s'y attarda même pas 30 secondes, l'idée ne venant pas de lui....

Les élus départementaux réunis en séance depuis lundi 12 février ont soutenu le projet de construction de la LNMP sans oublier la ligne Toulouse-Bordeaux par le vote d'une motion.

002.jpg


Nous aurions pu tout aussi bien voter une autre motion concernant la justice vu que le gouvernement s'acharne à fermer le Tribunal de Béziers et la Cour d'Appel de Montpellier, le premier étant prévu à Montpellier et la seconde à Toulouse.

003.jpg





Michel G A R C I A - B E R A I L / MIDILIBRE